UA-67297777-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/03/2018

Alexis Clerc, sj - The Irish Monthly - Vol 8 - n.83 - 1880

Source: The Irish Monthly, Vol. 8, No. 83 (May, 1880), pp. 271-277 Published by: Irish Jesuit Province

The Irish Monthly vol 8 1880 (cover).jpg

ALEXIS CLERC, S.J.

BY THE EDITOR.

ENNIUS, I think, congratulated himself on having two souls because he knew two languages, Latin and Oscan. Those of us who know French ought to nourish our souls on a food which the language that we speak does not furnish in sufficient variety and abundance. We ought to read as many as we can of the holy and invigorating biographies to be found in contemporary French literature. Of these one of the latest specimens is Father Charles Daniel’s "Alexis Clerc, Marin, Jésuite, et Otage de la Commune, fusillé à la Roquette, le 24 Mai 1871." Its charm lies chiefly in the minuteness of its details and in the many extracts from Pere Clerc’s correspondence and private papers. It must not be judged, therefore, from the following summary of a few of its pages here and there.

Alexis Clerc was born at Paris on the 12th of December, 1819, and was baptised on the following day. His father had been carried away by the evil principles which have done so much harm to the middle class of Paris especially; and this made still sadder the loss which he suffered when thirteen years old in the death of his pious mother. The years of his education in state schools and at the University led him farther and farther from the practice of religion. One of his old school-fellows says he was distinguished for his gaiety of character and "sa facile intelligence de l’x" – that is to say, his devotion to unknown quantities, his success in mathematical studies. When the time came for choosing a calling in life, he selected the navy, and began by taking his place as a midshipman on board the Triomphante, which sailed from Brest, for the Southern Ocean, on the 22nd of October, 1841. At this time his thoughts were far away from Mary, Star of the Sea, and from her Divine Son; but the first strong impulse of grace came upon him during his first voyage when he was struck with the effects wrought by Christianity among the natives of the Gambier Isles. A good young comrade, Claude Joubert, with whom he became intimate on board the Charte, and who afterwards died during his preparation for the priesthood, was another instrument used by God for his conversion; but the process was slow and was to stretch still over many years.

The frigate La Charte, which we have just named, brought Clerc home to France, after four years’ service, during which he had seen Brazil, Chili, Peru, the Marquisas, the New Hebrides, and many other "foreign parts," and had reached his twenty-sixth year. He spent in France, partly in Paris, and partly at Toulon, the months between October, 1845, and May, 1846, without resuming or rather beginning the practice of religion, yet drawing nearer to the decisive step. The book which had the largest share at this crisis in convincing his intellect was the Démonstration Évangélique of Duvoisin.

In May, 1846, he sailed for the African station in the war steamer Caiman, of which the chief duty was to hinder the slave trade; and it was on the African coast that he himself made good his escape from the slavery of sin and unbelief. He made his general confession to one of the missionaries to the kingdom of Dahomey and received Holy Communion for the first or almost the first time. Writing to his brother, who was a year or two older and who became a practical Catholic about the same time, he thinks of the mother they had lost when he was a boy of thirteen years. “Il nous faut aller tous vers une pauvre sainte femme qui nous tend les bras là-haut. Elle nous appelle, pour sûr, de tous ses efforts." This great event took place on his 27th birthday. He takes note of this in telling the good news to Claude Joubert "J’ai reçu l’absolution, presque moment pour moment vingt-sept ans après ma naissance."

In the letter from which we take this phrase an illustration is given of the accelerated force and speed of the passions when once yielded to, which we may try to turn into English. "Man’s soul is like a stone planted firmly on the side of a mountain. Shake it little by little, make it at last with great difficulty give but one turn, it will continue to roll down of its own accord, slowly at first, and perhaps you could still stop it; but soon its course becomes impetuous, no obstacles can any longer stay its progress, it clears them all with huge leaps which increase still more its rapidity; it crushes, it drags down everything that it meets, and at last flings itself as if with ever-increasing fury into the depths of the abyss."

After his return from the African coast M. Clerc was stationed at Lorient. His confessor when at Paris was Monseigneur de la Bouillerie, then Vicar-General of Paris, since Bishop of Carcassonne and Coadjutor to the Archbishop of Bordeaux[1]. We name him, not only out of gratitude for his patient kindness towards this returned prodigal, but also out of gratitude to the author of a most devout and engaging little book which has gone through nearly fifty editions – "Méditations sur l’Eucharistie." From this date, while devoted more steadily than ever to his profession and while keeping up his jovial character with his comrades, Alexis Clerc declared himself frankly and firmly, but modestly, a practical and uncompromising Catholic. Of all books in the world the one that he chose as his constant companion henceforth was the Summa Theologica of St. Thomas Aquinas. The late Encyclical of Leo XIII., Æterni Patris, would have been a joy to his heart; for he never faltered in his allegiance to the Angelic Doctor; and from the prison which his native Paris has in store for him, we shall see him begging for two books as solaces for his captivity – the Bible and the Summa.

I do not recollect who wrote the lines, or of whom they were first written, but they are applicable to the uneventful lives of many who are known to posterity only through their writings:—

"That he was born, it cannot be denied;
He ate, drank, slept, wrote deathless works – and died."

Substituting for the "I deathless works" good works of another kind, which in their effects and in their rewards are more surely immortal, this couplet holds true of many saintly and many holy and useful lives, such as the one now before us, to which another couplet of about the same date may also be applied with a special meaning:

"He taught us how to live, and-oh! too high
The price of knowledge ! – taught us how to die.

For indeed Father Clerc’s Life would hardly have been written, even in France, but for the strange death which was to bring it to a close. To the chain of graces, of which this heroic death was the last link,  God went on adding link after link during the years which Alexis Clerc continued to spend in the difficult circumstances in which the grace of the conversion had found him out. In spite of certain leanings towards the religious state, Father de Ravignan advised him, after a retreat made at the Rue de Sèvres, to persevere still in the naval profession. A voyage to China and Japan in the Cassini, chiefly undertaken for the advantage of the Chinese missions, occupied several years. The history of these years includes several most touching accounts of the conversions which the brave young lieutenant wrought by word and example, furnished by the midshipmen themselves amongst whom he exercised this novel apostleship. Here, as all through this book, the vivid interest of Père Daniel’s pages is due to the very minute and simple details which he ventures to divulge, but always with good taste and discretion. A mere naming of persons and places would not serve our purpose; so we pass over this very meritorious part of our friend’s life, as also the humble, prudent, and persevering zeal with which he devoted himself to every sort of good work, especially as a member of the Society of St. Vincent de Paul, while on the home stations at Brest and at the mouth of the Loire.

We have called him our friend, for we spent two years in close intimacy with him at Laval about five years before his death. We are able to confirm the testimony given in the book on which this sketch is founded, to the simplicity, kindness, cheerfulness, and quiet power of his amiable and manly character, as well as to guarantee the fidelity of the description of his personal appearance which might remind one a little of that Celestial Empire which had occupied so much of his working years. "Petit de taille, Clerc n’était pas beau, du moins dans le sens grec du mot, et son visage aux contours anguleux aurait offert un modèle assez ingrat à la statuaire. L’extrême mobilité de ses traits trahissait sur l’heure toutes ses impressions; son œil de feu et sa voix vibrante annonçaient une âme aussi enthousiaste qu’énergique."

But Pere Clerc was already Père Clerc and had been in the Society of Jesus before that sojourn at Laval to which we have just referred. After his last long "campagne" – which refuses to be translated into campaign and which extended over three years and a half – he threw up his naval commission and entered the Jesuit noviceship at St. Acheul near Amiens, there carrying out with literal fidelity the resolution he had written down on paper after a little retreat made the year before at Zi-Ka-wei in China: "After a very few days at Paris I will go to the novitiate which shall be assigned to me." But it will edify the reader to give the reasons that led up to this very practical conclusion. Lieutenant Clerc, in his retreat near Shanghai, put three questions to himself and set down the pros and cons in parallel columns, the cons being placed on the left. However, as the left column after the first two or three lines is a complete blank, and as our printer – like nature in the old philosophy – "abhors a vacuum," we weld the answers together and abandon the tabular form. The first question is, "Must I aim at religious perfection?" "It is not necessary to salvation, but it is much safer. It is perhaps above my power to persevere; but nothing is impossible to God, and the days slip past one by one. If my courage should fail in an enterprise which is not necessary, it will be rendered more feeble for what is absolutely necessary; but not to undertake it at all after taking it into consideration, is to be beaten without a battle. To strive after perfection is nobler and more agreeable to our Lord. The interior voice of conscience which reproaches us for relaxations which are not sins, is the voice of our Lord jealous for my perfection. Our Lord loathes lukewarm souls. He to whom more has been pardoned ought to feel more gratitude. Therefore I must and will strive after religious perfection." He next proposes to himself the question, whether in order to devote himself to the pursuit of perfection he ought to enter the religious state; and he decides in the affirmative by fourteen reasons against one. And finally he determines to try and entitle himself to the two initials affixed to his name in the heading of this sketch, for six reasons which in other circumstances might well have justified another choice, one of them being that "Ia Compagnie a pour le salut et la perfection de ses enfants les plus admirables et minutieuses solicitudes."

The first of these admirable means provided in the most minute details by the new spiritual Mother, into whose arms Alexis Clerc had thrown himself, was to bury him for two years in the happy hidden life of the novitiate. The fervour and thoroughness with which he began he maintained to the end. When he was just forty years of age he was ordained priest, though his study of dogmatic theology, instead of being hastened on; had to be postponed in order that his practical experience and mathematical knowledge might be turned to account in the famous school of St. Genevieve in the Rue Lhomond which some will recognise better by its old name of the Rue des Postes. And yet, this ex-officer of the French navy, now a priest of 44 years of age, spends four full years in theological studies, going through the routine of class-work with all the docility, punctuality and earnestness which might edify us in a student under age for subdeaconship.

Both before and after this period of theological training Father Clerc had many opportunities of satisfying the yearnings of his priestly zeal by working for the direct sanctification of souls. Yet not only before but also after these four years at Laval, his chief work was the preparing of classes for the governmental examinations, especially in connection with his old department, la marine. In protesting against the Ferry Law, the ex-pupils of the École-Saint-Geneviève told the Deputies lately that their beloved school had in the twenty-five years of its existence passed in these and similar public examinations 2,283 candidates. Modestly and solidly Alexis Clerc did his share of this hard, wasting work, exercising on many souls, meanwhile, a holy influence, to which most beautiful and affecting testimonies are given in Pere Daniel’s book, generally in the words of the young men who were the objects of his untiring and affectionate zeal.

Father Clerc was fifty years old when he was sent, in October, 1869, to Laon, to go through the Third Year of Probation, which, coming after studies and priesthood, is intended to finish the spiritual training begun in the two years’ noviceship. He was often heard to congratulate himself that “un vieux comme lui, " an old fellow like him," should enjoy so great a privilege. In one of his notes of meditation at this time he imagines our Lord giving to him as his motto, device, and watchword: Pro corde meo, per ipsum cor meum, et cum ipso et in ipso. "For my Heart, through my very Heart and with it and in it." He made a special consecration of himself to the Sacred Heart of Jesus, saying: "Je crois que cette dévotion donne droit à une effusion immédiate du Sacré-Cœur de Notre-Seigneur dans le nôtre."

When the terrible reverses of the French army at Wissemburg and Reichshoffen and the rest were leading up to the catastrophe of Sedan, the Jesuit Fathers established a military hospital at their college of Vaugirard, on the outskirts of Paris. Father Clerc was placed over it, and this gave him opportunities of the truest charity, humility, and mortification. He was afterwards desired to resume his mathematical classes; for even at that terrible time the young boys cannot be abandoned, and our Parisian schools are transferred to safer places as near as possible to the old quarters. But the dark hour of the Commune came on. Part of that awful story has been hinted at in our sketch of Father Olivaint[2], another of the martyrs of the Commune. We hope that our readers have read or will read it in full in Father de Ponlevoy’s "Acts of the Captivity and Death of the Fathers Olivaint, Ducoudray, Caubert, Clerc, and De Bengy."

Father Faber – who since the beatification of his namesake, Blessed Peter Faber, is not so easily confounded with that first companion of the founder of the Society of Jesus – the brilliant Oratorian has said that St. Ignatius, setting out bodily from Paris in search of spiritual adventures, seems tame to him compared with St. Ignatius preparing the points for his meditation, years after he had received an infused gift of prayer. And somewhat in the same way Father Alexis Clerc, calmly opening the front of his soutane to receive the bullets of his public and official assassins, seems to me less heroic than when studying, during his imprisonment as a "hostage," for his class of mathematics to which, without knowing it, he had bidden a final adieu. Certainly, among the edifying circumstances recorded of his sojourn at Mazas and La Roquette not the least striking is the persistence with which he asks from his friends outside, not only a Bible, breviary, and a Summa of St. Thomas, but also works on analytical geometry in order to prepare more perfectly – he whose mind was saturated with such studies since his boyhood – his mathematical course for his pupils after his release.

But his release came through death; and surely the " three fast friends of the great good man" were his —

"Himself, his Maker, and the angel Death."

The angel Death delivered his message seemingly in rude fashion, but in reality gently, happily, and joyfully. After a month or so of weary waiting and uncertainty, the ruffians of the Commune, seeing their last hour come, determined to massacre these innocent victims. How they did so, we have partly told already in these pages in our brief account of Father Olivaint[3]. We are unwilling to enter again into the horrible and glorious details. The Fathers died like Christian heroes – as they were. Ah! Monsieur Paul Bert, Monsieur Jules Ferry, and you, Monsieur Spuller, you would not – if you have any sense of virtue and honour – you could not feel as you pretend to feel towards the French Jesuits if you but knew intimately such souls as Alexis Clerc.

 

[1] We are correcting the spelling for « L’Orient » and « Bourdeaux » [Ed. Note 2018]

[2] The Irish Monthly, vol. vii., page 260 (May, 1879).

[3] The Irish Monthly, vol. vii., page 260 (May, 1879).

17/03/2018

Recensions de livres du RP Charles Daniel (L'Université Catholique - 1896)

Voici une recension de deux livres du RP Charles Daniel, sj. Cette recencion est parue est parue dans 

L’Université catholique, nouvelle série, Tome XXII. Faculté Catholique de Lyon,  Mai-Août 1896

Universite_Lyon.jpg

oOo

Bibliographie

  1. Questions actuelles. — Religion, philosophie, histoire, art, et littérature, par le R. P. Ch. Daniel, fondateur des Etudes religieuses. Précédées d’une notice et d’une introduction par les RR. PP. Mercier et Fontaine, S. J. 1896. 1 vol. in—8 de 489 pp. Paris et Poitiers, H. Oudin.
  2. Alexis Clerc, marin, jésuite et ôtage de la commune, fusillé à la Roquette le 24 mai 1871. Simple biographie, parle R. P. Ch. Daniel, de la Compagnie de Jésus. 1895. 1 vol. in-12 de VIII-496 pp. Paris, Téqui.

Le nom du P. Charles Daniel n’est pas encore oublié. Bien que des infirmités douloureuses l’aient condamné, à la fin de sa vie, à une inaction forcée, et lui aient fait rompre brusquement toute relation avec le monde, il a joué un rôle trop considérable pour que sa mémoire s’éteigne si vite, même à une époque où les préoccupations d’hier disparaissent si facilement devant les intérêts d’aujourd’hui. II reste toujours le fondateur des Etudes religieuses, et son rédacteur le plus goûté de la première heure. Comme son activité a été en partie absorbée par des articles de revues, on pouvait craindre qu’elle n’eût plus d’influence sur les lecteurs d’à présent, qui ne songeraient guère à aller chercher ces études dans les collections où elles étaient enfouies. C’est ce qui a déterminé le P. Mercier à choisir les plus remarquables de ces travaux pour en composer un juste volume. Afin que nous puissions les comprendre plus parfaitement et entrer dans l’esprit de celui qui les a composés, le P. Mercier nous donne en même temps une biographie du P. Daniel, et le P. Fontaine a écrit une introduction très claire et très nette, où il nous explique l’occasion qui e fait naître les articles, et l’importance qu’ils eurent au moment de leur apparition.

Quel nom fallait-il donner à ce recueil, composé d’études si variées, nous allions dire si disparates ? Les éditeurs ont choisi celui de Questions actuelles, dont l’exactitude pourrait être discutée. Si l’on peut appliquer cette dénomination à des questions qui ont quelques rapports avec celles qui s’agitent aujourd’hui, qui peuvent, par exemple, se résoudre d’après les mêmes principes, nous n’avons aucune objection à opposer ici. Mais si l’on réserve cette appellation pour les problèmes qui sont à l’ordre du jour, et qui sont de nature à passionner le grand public, elle n’aurait pas dû être donnée à ce recueil. Ne chicanons pas d’ailleurs sur les mots. Nous avons lu avec plaisir et profit ce livre, où il y a tant de belles pages et tant de détails intéressants. L’humble et savant religieux écrit parfois d’une manière admirable, qui rappelle nos grands écrivains du xviie siècle. Dans les polémiques, il change de ton, et devient aussi vivant que précis, aussi pressant qu’imagé. Partout il mérite de retenir l’attention, soit qu’il rectifie un point des Mémoires de M. Guizot, soit qu’il célèbre avec enthousiasme Montalembert et ses Moines d’Occident, soit qu’il esquisse la biographie de Mme Swetchine, soit qu’il expose la banqueroute du protestantisme, soit qu’il montre le chemin qui mène de l’optimisme au panthéisme. Mais n’insistons pas plus longtemps sur ce recueil d’articles : nous avons à parler d’un livre proprement dit composé par le P. Daniel nous voulons dire la biographie du P. Alexis Clerc, l’un des martyrs de la Commune.

Misericordias Domini in æternum cantabo. Telles sont les paroles qu’un vieux peintre espagnol met dans la bouche de sainte Thérèse, comme si elles suffisaient à résumer toute sa vie. C’est aussi l’épigraphe que l’on pourrait donner à la biographie du pieux jésuite. On ne saurait assez admirer la miséricordieuse conduite de la Providence à son égard, et ce que peut la grâce dans la transformation de l’homme. A force de persévérance et de recherches, le P. Daniel est parvenu à reconstituer les détails de cette vie si extraordinaire, et qui devait finir par le martyre. II est intéressant de suivre avec lui son héros à la maison paternelle, où il eut le malheur de perdre trop tôt sa mère, puis dans ces pensions où il s’habitua trop facilement à l’indifférence religieuse, et ensuite à l’Ecole polytechnique, où il se fit aimer de tous par son enjouement et son heureux caractère. Alexis Clerc songea quelque temps devenir professeur ; puis, au grand étonnement de tous, il se fit marin. La Providence, semble—t-il, voulait l’arracher à la maison paternelle, où les exemples de son père, un des premiers actionnaires du Siècle, ne pouvaient être que pernicieux pour lui. C’est en plein océan Pacifique, dans l’archipel des îles Gambier, que devait commencer son retour à Dieu. Il fut émerveillé, comme l’avait été peu de temps auparavant le commandant Marceau, par le dévouement des missionnaires et les heureux effets de leur apostolat parmi les indigènes. Puis, avec sa droiture naturelle, il voulut connaître de plus près cette religion qu’il avait appris à aimer sur les genoux de sa mère, et qu’il avait tant négligée depuis. La Démonstration évangélique, de Duvoisin, suffit à le ramener. Quand il eut fait le dernier pas, en revenant à la pratique des sacrements, il devint un apôtre, et contribua puissamment à convertir plusieurs de ses amis. Puis, en marchant d’un pas ferme et continu dans la voie de la perfection, il crut qu’il devait être quelque chose de plus qu’un marin, et il se fit jésuite.

On le vit alors, modeste surveillant de l’école préparatoire de la rue des Postes, conduire les élèves en promenade travers les rues de Paris. Quand il eut été nommé professeur la même école, il continua de faire le bien en cherchant le silence et l’oubli. Puis, à cinquante-un ans, en pleine activité scientifique et au moment où les moissons les plus abondantes semblaient réservées à son zèle, la guerre éclata, suivie des horreurs de la Commune. Et, pour le nom de Jésus-Christ, auquel il s’était donné tout entier, le P. Clerc tomba sous les balles des fédérés, après avoir ramené à Dieu un parlementaire imbu des traditions gallicanes, le président Bonjean.

Certes, c’est une vie et une mort bien enviables. Le P. Daniel nous les raconte avec un vrai talent d’écrivain, et la biographie qu’il a écrite est palpitante d’intérêt. Nous engageons ceux qui ne la connaissent pas encore à se la procurer, et à apprendre ce que fut cet éminent religieux, appelé à la troisième heure, mais ouvrier d’autant plus infatigable et sans reproche, operarius inconfusibilis.

A. L.

24/03/2017

"Marcher par la route la plus droite" - Recension et témoignage

C'est dans le journal L'Univers du dimanche 24 octobre 1875 qu'est parue cette longue recension du livre du R.P. Charles Daniel, sur la vie d'Alexis Clerc.

Mais l'intérêt de cette recension est qu'elle a été écrite par Alex. de Saint-Albin, qui dit avoir connu le jeune Alexis Clerc [1] et apporte des éléments inédits sur la période de l'engagement d'Alexis dans la Compagnie de Jésus.

D'autre part, l'auteur évoque, en fin de recension, un dialogue tiré d'un livre de Louis Veuillot, dialogue qui, écrit vingt ans avant les événements tragiques de la Commune, semble fort prémonitoire...

2016-12-25 15.24.13.jpg

Alexis Clerc, marin, jésuite et otage de la Commune. Simple biographie par le R. P. Charles Daniel, S. J. — Un vol. in-18 jésus. Paris, Albanel et Baltenweck.

A la dernière page de ce livre, après avoir raconté la mort d’Alexis Clerc et ces glorieuses funérailles qui réunirent les cinq jésuites fusillés par la Commune, le P. Daniel ajoute, en parlant d’Alexis : « Depuis sa conversion, il a toujours marché par la route la plus droite. » Les trois premiers mots de ce témoignage sont de trop ; et plus ancien témoin que le P. Daniel, témoin de l’enfance et de la jeunesse d’Alexis, je veux les effacer et dire pour mon compte : « Il a toujours marché par la route la plus droite. »

Le souvenir des pieuses leçons d’une mère chrétienne triomphe difficilement des contradictions qui leur arrivent de toutes parts, quand l’enfant qui les reçut, gagnant sa quatorzième ou quinzième année, exerçant tous les jours les forces de son intelligence, croit trop volontiers à la sûreté de sa raison, qu’il a un père, des maîtres et des condisciples incrédules, et que la pauvre mère est devenue muette. Plus tard, l’expérience de la vie vient faire douter de la sagesse des douteurs, et l’homme se souvient de cette foi simple dont la simplicité même l’avait fait sourire, de cette foi qui fut celle de sa mère. Mais, avant cet heureux retour, il y a des années où la loi chrétienne, encore qu’elle ait été révélée à l’enfant par la bouche sacrée de sa mère, demeure en un oubli profond. En ces années-là, le futur jésuite, le futur martyr, ne connaissait que la loi naturelle ; et il l’aimait, ayant le cœur fait pour aimer la justice et la vérité. « Il a toujours marché par la route la « plus droite. » Et si les égarements dont il est parlé dans sa biographie outrageaient la loi chrétienne, encore une fois, Alexis ne connaissait pas alors la loi chrétienne. La route la plus droite n’était pas encore devenue pour lui cette « voie étroite qui conduit à la vie ». (Matt., VII, 14.)

La droiture naturelle, Alexis la tenait de son père, et il n’y avait pas beaucoup d’autres traits communs entre le père et le fils. Ils s’aimaient fort tendrement : mais ils n’avaient ni le même caractère, ni les mêmes inclinations, ni les mêmes goûts. Le père, voltairien et révolutionnaire passionné, se complaisait dans la lecture des livres qui flattaient ses antipathies ; et pourvu que la conclusion fût contre l’Eglise et contre la monarchie chrétienne, il croyait aveuglément tout ce que ses auteurs lui disaient. Bien autre était Alexis. Vif et ardent, en apparence prêt à se passionner pour tout, il ne se passionnait pour rien. Je n’ai jamais connu de nature qui parût plus portée à l’enthousiasme, et je ne le vis, au temps de sa jeunesse, enthousiaste d’aucun système religieux, politique ou littéraire. Pouvait-il trouver, en effet, dans tous les systèmes dont s’éprenaient alors les jeunes gens élevés comme lui, rien qui fût digne des chastes embrassements de son cœur ?

On a raconté des conversions plus frappantes que la sienne, on n’en a pas raconté de plus touchantes, et ce sera l’avis de tous ceux qui liront le livre du P. Daniel. Dieu s’était préparé cette âme-là dès le commencement. « J’ai d’autres brebis qui ne sont pas de cette bergerie, et il faut que je les amène. Elles écouteront ma voix. » Cette parole n’a pas été dite seulement pour les Gentils que les premiers apôtres devaient convertir et pour les infidèles que nos missionnaires vont toujours chercher aux extrémités de la terre, elle a été dite encore pour ces âmes « naturellement chrétiennes » que Dieu fait naître dans des pays chrétiens sans doute, mais dans des milieux où le nom de Jésus-Christ est méprisé. Âmes dont la douceur charme tous ceux qui ont quelque commerce avec elles, mais qui ne se laissent point charmer par les promesses et les séductions du monde, et qui semblent se garder intactes pour s’abandonner, quand viendra l’heure, aux promesses de Jésus-Christ et aux attraits tout-puissants de sa grâce.

Alexis, cependant, on le verra dans le récit du P. Daniel, n’a pas répondu au premier appel de Dieu. Il a hésité, non pas à confesser loyalement et hautement la vérité connue, mais à y conformer sa vie. A l’entrée de la voie étroite, il avait pressenti les grands sacrifices que Dieu allait lui demander, et son courage avait faibli un moment. Mais bientôt, étouffant les révoltes de la nature, il avait répondu à la grâce d’en haut par un don sans réserve de son cœur, de son esprit, de tout son être.

L’accomplissement des sacrifices suivit de près le consentement. Pour lui, qui avait connu les jésuites dans les missions, la pensée de vivre en chrétien et celle d’entrer dans la Compagnie de Jésus se liaient étroitement l’une à l’autre, sans toutefois se confondre. Devenu chrétien, non encore résolu à se faire jésuite, il ne cessa pas un instant cependant d’aspirer à la vie religieuse, d’y tendre comme à un but marqué d’avance et d’y « marcher par la route la plus droite. » Mais il n’était pas encore jésuite, il n’était pas même novice, il n’était que retraitant et frappait à la porte du noviciat, quand son père lui fit la menace, s’il entrait, de rompre pour toujours avec lui. Alexis entra où Dieu l’appelait. Mais il était le plus tendre des fils et il adressa lettres sur lettres à son père, prières sur prières, supplications sur supplications, pendant neuf années. Rien ne put fléchir cette colère, si cruelle au fils, coupable seulement d’avoir disposé de lui-même à l’âge de trente-cinq ans, si cruelle au père, qu’elle forçait d’étouffer la voix de son cœur.

La mort vint avant le pardon, du moins avant le pardon prononcé par le père et recueilli par l’enfant ; car un doute reste sur les sentiments de M. Clerc aux derniers jours de sa vie, sur ses sentiments envers Dieu et envers Alexis. Ce doute demeura au fils jusqu’à la fin pour qu’il eût à renouveler en quelque sorte chaque jour son sacrifice du premier jour, jusqu’au jour de son sacrifice sanglant, le 24 mai 1871. Il m’a été donne d’assister à une entrevue inoubliable de ce père inflexible et de ce fils à la fois si tendre et si ferme. C’était, je crois, en 1859. Je le rencontrai rue d’Hauteville, au seuil de la maison de son père. En montant l’escalier, il m’annonça qu’il partait le soir même pour Laval, où il allait recevoir la prêtrise. M. Clerc était seul. Alexis lui dit en peu de mots le pas nouveau qu’il allait faire, non dans sa carrière de religieux, mais dans celle de ministre de Jésus-Christ. Avant d’être ordonné prêtre, il voulait recevoir la bénédiction paternelle, et il venait la demander.

Le coup ne pouvait pas être inattendu. M. Clerc le supporta sans éclater en paroles violentes. Cependant, il se dressa, comme soulevé par une indignation mal contenue, et il répondit a son fils : « Vous savez combien est contraire à ma volonté le parti que vous avez pris; vous n’aviez pas besoin de venir me trouver, puisque vous étiez décidé à ne tenir aucun compte de mon opposition... » Et il parla ainsi pendant cinq ou dix minutes, qui me parurent des siècles. Le mot de malédiction ne fut point prononcé, mais le mot seul manqua. Alexis demeurait muet, offrant sans doute à Dieu dans son cœur ce qu’il souffrait à ce moment-là pour lui. Nous regagnâmes ensemble le quartier du Luxembourg, devisant de toutes choses, excepté de sa douleur.

L’entreprise de convertir son père tient une grande place dans la biographie d’Alexis. Lui, qui avait déjà converti tant d’âmes et qui devait en convertir tant d’autres encore, ne put vaincre la funeste obstination de celle-ci. Ô justice de Dieu ! Les idées auxquelles M. Clerc ne voulut jamais renoncer devaient avoir leur dernière conséquence dans le chemin de ronde de la Roquette. Assurément M. Clerc n’admettait pas les théories odieuses que la Commune devait proclamer ; mais M. Clerc était, comme la, plupart des révolutionnaires, rebelle à la logique de l’erreur autant qu’à la vérité de Dieu ; il réprouvait les conséquences de ses principes. Il aurait pu, sans donner un démenti à ses affections de 1848 et de toute sa vie, condamner les hommes de la Commune ; il n’aurait pas pu condamner ceux qui, encore à cette heure, évitent de prononcer une parole de réprobation contre les assassins des otages. Cette leçon, que Dieu a épargnée ici-bas au cœur d’un père, doit être une leçon aux hommes si souvent indifférents entre l’erreur et la vérité. Nous ne pouvons pas trahir celle-ci sans trahir la cause de nos enfants ; nous ne pouvons pas contribuer au succès de l’erreur sans en préparer les conséquences terribles, qui retomberont sur des êtres qui nous sont plus chers que nous-mêmes.

Pour Alexis Clerc, si loin qu’on remonte dans l’histoire de sa vie, on ne lui voit jamais prendre aucune part aux doctrines abominables d’où la Commune est sortie. Tant qu’il ne connaît pas la vérité chrétienne, il semble se réserver pour le jour où il la connaîtra, et il sera ainsi, à l’heure des expiations et des sacrifices, une victime toute pure.

Victime volontaire, car il choisit la compagnie de Jésus pour aller par elle où il est arrivé le 24 mai 1871. Dix-sept ans auparavant, il écrivait parmi ses motifs d’élection : « Elle s’appelle justement la compagnie de Jésus, parce que Jésus est le capitaine qui la conduit au combat et qu’elle souffre avec lui la persécution et les mépris. » Elle souffre, avec lui tout ce qu’il a souffert.

Entrant dans la compagnie de Jésus, Alexis avait les yeux fixés sur la croix où Jésus est mort. Il n’avait pas fait élection de son divin capitaine pour ne pas le suivre jusqu’au bout, pour s’arrêter à mi-chemin comme un soldat de peu de courage. Tandis qu’il suivait les exercices de saint Ignace, Jésus lui avait demandé : « Jusqu’où veux-tu me suivre et m’imiter ? Combien de coups de fouet veux-tu bien recevoir pour moi ? Veux-tu aussi être lié, dépouillé ? Iras tu jusqu’à verser quelques gouttes de sang ? Combien ? Revêtiras-tu le manteau de pourpre ? Veux-tu sentir aussi quelques épines de ma couronne ? » Et Alexis, loin d’être effrayé par ces appels du Dieu crucifié, mais exalté au contraire, avait répondu : « Je veux, Jésus, aller jusqu’où vous m’appellerez. Je veux ne pas détourner un coup, éviter une épine que vous me destinez. Je veux souffrir et être humilié pour vous, autant que vous le voudrez. Vous donnez la force de faire ce que vous demandez. Et aussi je vous demande que vous demandiez beaucoup de moi. »

Il enfermait ainsi dans un seul mot la demande du martyre et la demande de la soumission à la volonté divine. Il fut exaucé. Il fut arrêté, jeté en prison comme un vil criminel. Ce n’était pas encore assez pour son amour de Jésus-Christ, ce n’était pas assez non plus pour son amour de la patrie, si malheureuse et si rudement frappée par la colère de Dieu. Quand Paris, épouvanté par la Commune, attendait sa délivrance de Versailles, Alexis comprenait que tous les secours humains seraient impuissants contre les hommes de Satan qui siégeaient à l’Hôtel de Ville, qu’un sacrifice sanglant comme celui du Calvaire devait encore être offert à Dieu, et trop humble pour se mettre en avant même à ce moment-là, il savait s’offrir sans se nommer. Une dame, qui était venue le visiter rue Lhomond lui demandait : « Mon Père, n’avez-vous point peur pour vos maisons et vos personnes à Paris ? — Si fait, madame, répondit-il, j’ai d’autant plus peur que Paris est plus coupable ; il aurait besoin d’être purifié par le sang... Le bon Dieu devrait bien prendre le sang de quarante d’entre nous. » Le bon Dieu ne devait pas en prendre un aussi grand nombre : mais les victimes qui s’offrent ainsi pour apaiser sa colère, ne connaissent pas leur prix.

Le 21 mai 1871, trois jours avant la mort d’Alexis, M. Louis Veuillot écrivait la dédicace de la nouvelle édition du Lendemain de la Victoire. Dans ce’ livre, écrit vingt ans auparavant, c’est-à-dire à une époque où Alexis n’était encore ni jésuite, ni même novice, mais officier de marine chrétien, l’auteur a placé un Père jésuite qu’il a précisément nommé le P. Alexis. Celui-ci fait, comme Alexis Clerc devait le faire, le sacrifice de sa vie. Et je demande au lecteur la permission de détacher ici une page du livre de M. Louis Veuillot :

VALENTIN. — Mon Père, je cours aux barricades. L’affaire est grave. Songez à votre sûreté.

LE P. ALEXIS. — Mes vieilles résolutions tiennent toujours, mon cher ami. J’irai demeurer dans une maison moins connue, mais je ne quitterai point la ville.

VALENTIN. — Si les socialistes triomphent, ils vous découvriront.

LE P. ALEXIS. — Je n’ai pas l’intention de me cacher beaucoup.

VALETIN. — Ils vous tueront.

LE P. ALEXIS, souriant. — C’est trop juste. Dieu m’a fermé la route des missions, il me doit un dédommagement.

Le jésuite de la fiction ne veut pas se cacher beaucoup ; il ira dans une maison moins connue, mais il ne quittera point la ville menacée. Le jésuite de la réalité, ne veut pas se ca cher du tout ; il ne quittera ni Paris, déjà au pouvoir de la Commune, ni la sainte maison de son ordre : il y attend son dédommagement, il y attend la mort.

Enfermé à Mazas, Alexis renouvela son oblation, il la renouvela jusqu’au moment où la venue de Notre-Seigneur Jésus-Christ dans sa prison lui fit espérer qu’elle allait être acceptée. Un jésuite avait su, comme l’a déjà raconté le Père de Ponlevoy, faire passer à ses frères prisonniers de la Commune, des hosties consacrées. Jésus-Christ fut ainsi présent au milieu de ses disciples et de ses confesseurs jusqu’à la fin. Alexis vivait avec Jésus-Christ en attendant de mourir pour lui ; il le portait sur sa poitrine et il était heureux de signer Christophore, c’est-à-dire Porte-Christ, et c’est bien véritablement en compagnie de Jésus qu’il écrivait ces lignes, qui sont ses dernières lignes :

Oh ! dure toujours, ma prison, qui me vaux de porter mon Seigneur sur mon cœur, non pas comme un signe, mais comme la réalité de mon union avec lui ! Dans les premiers jours, j’ai demandé avec une grande instance que Notre-Seigneur m’appelât à un plus excellent témoignage de son nom. Les plus mauvais jours ne sont pas encore passés ; au contraire, ils s’approchent et ils seront si mauvais, que la bonté de Dieu devra les abréger ; mais enfin, nous y touchons. J’avais l’espérance que Dieu me donnerait la force de bien mourir ; aujourd’hui, mon espérance est devenue une vraie et solide confiance. Il me semble que je peux tout en celui qui me fortifie et qui m’accompagnera jusqu’à la mort. Le voudra-t-il ? Ce que je sais, c’est que, s’il ne le veut pas, j’en aurai un regret que la seule soumission à sa volonté pourra calmer.

Le P. Olivaint n’avait-il pas raison de dire : Ibant Gaudentes !

Alexis Clerc n’eut point le regret de ne pas mourir pour Jésus-Christ, son capitaine, pour la France qu’il avait toujours aimée d’un amour si profond et si délicat, pour Paris dont il était l’enfant. Il est mort pour expier les crimes de cette révolution qui n’avait jamais séduit son esprit ni son cœur, mais à laquelle il appartenait cependant par son origine. Parisien, il est mort frappé par les balles de la Commune de Paris ; officier français, il est mort en découvrant sa poitrine à ses assassins ; chrétien, soldat, de Jésus-Christ, il est mort portant l’habit de sa compagnie, la robe de jésuite.

Alex. de Saint-Albin.

source

L’UNIVERS – N° 2952. – Edition quotidienne. – Dimanche 24 Octobre 1875

Note de la rédaction

[1] nous renvoyons à la rubrique nécrologique de M. Alexandre-Denis Huot de Saint-Albin, parue dans la revue Polybiblion, parue en 1879, disponible ici : [Lien]

 

Liens

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k700225m/f3.image.r=...

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k700225m/f4.image.r=...