UA-67297777-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/10/2015

Souvenirs des martyrs

2015-10-23 22.59.28.jpg

cliquer pour agrandir

2015-10-23 23.00.43.jpg

26/09/2015

Funérailles des Otages (Compte-rendu)

Paru dans la Biographie de Sa Grandeur Mgr Georges Darboy, archevêque de Paris : avec une notice sur les principaux otages massacrés en mai 1871, par ordre de la Commune, par Cyprien Ordioni, A. Leclère et Cie Ed., Paris, 1871.

 

COMPTE RENDU

DES

FUNÉRAILLES DES OTAGES

 Darboy and martyrs.jpg

FUNÉRAILLES DES OTAGES

————

extrait des journaux

————

 

Aujourd’hui 7 juin Paris a entendu le canon. C’était pour annoncer les funérailles de l’archevêque. Le corps, quittant le palais archiépiscopal, est porté triomphalement à Notre-Dame ; ce corps frappé il y a quelques jours contre le mur intérieur d’une prison, et enfoui avec d’autres à l’angle d’une rue ! Derrière lui marche la France, représentée officiellement par l’Assemblée nationale ; devant lui s’avance la croix, proscrite à vrai dire depuis neuf mois ; car le gouvernement régulier l’avait laissé chasser des écoles, avant que le gouvernement insurgé la fit tomber du fronton des églises et l’arrachât même des autels. La croix revendique et reprend ses droits par le martyre. Il y a une voix du sang et du témoignage qui l’appelle impérieusement. Il faut céder, Dieu le veut. Les barricades s’abaissent, la passion du sauvage s’impose le frein, la passion plus rebelle et plus sourde du lettré s’impose le silence, la croix passe. ‘Vous ferez demain comme il vous plaira, vous comprendrez ou vous ne comprendrez pas, vous changerez de voie ou vous continuerez dans votre voie mauvaise : mais voici un martyr, et vous laisserez passer la croix !

Il y a deux grandes palmes sur ce cercueil, deux palmes immortelles. La palme de l’obéissance est unie à celle du martyre. Avant de mourir avec cette sérénité qui accepte et qui pardonne, l’archevêque avait fait un acte de foi et d’humilité plus précieux même que sa mort. Entre la captivité du siège et la captivité de la prison, il s’est soumis à un décret de l’Eglise qu’il avait combattu. C’est la gloire de sa vie, sa couronne plus resplendissante que la couronne de sang, le triomphe de son âme sacerdotale. C’est par là qu’il a sauvé son Église,, et qu’il obtiendra de Dieu pour son peuple un autre pasteur qui le gardera dans la foi.

Que la mémoire de Georges Darboy, archevêque de Paris, témoin de Pierre, vicaire du Christ, et témoin du Christ, fils unique de Dieu, soit bénie à jamais!...

(Univers.)

Une foule nombreuse s’était portée sur le chemin que devait parcourir le funèbre cortège. Dès le matin, le palais archiépiscopal de la rue de Grenelle-Saint-Germain était l’objet d’un véritable pèlerinage. Tous les fonctionnaires, les députés, les prélats venus de Versailles pour assister aux funérailles, se rendaient à la chapelle ardente.

A dix heures et demie, le cortège se mit en marche et suivit la rue de Bourgogne et les quais, jusqu’au parvis Notre-Dame.

Le corps de Mgr Darboy n’a pas pu être porté à bras et la figure découverte, ainsi qu’on l’avait dit, car avant-hier il a fallu procéder à la mise au cercueil. L’archevêque n’ayant pu être embaumé que trois ou quatre jours après sa mort, cet embaumement n’a produit aucun effet et force a été de le transporter sur un char et dans un double cercueil.

Dès neuf heures du matin, les troupes qui devaient former le cortège se massent sur la place des invalides, rue de l’Université, place et rue de Bourgogne et sur le quai d’Orsay.

Six-coups de canon annoncèrent la sortie du cortège du palais archiépiscopal.

Le 1er régiment de cuirassiers, qui formait la tête, se mit en mouvement. Venait ensuite le général Vinoy et son état-major : le 3e régiment de chasseur d’Afrique, deux généraux de brigade, le 23e régiment des chasseurs de Vincennes, le 39e de ligne, musique en tête, le 48e, et quatre voitures de deuil dans lesquelles ont pris place les chanoines du chapitre métropolitain.

Enfin, la croix, la crosse, la mitre, le bougeoir et le pontifical des archevêques de Paris, portés par de jeunes prêtres, précédant le char, attelé de six chevaux richement caparaçonnés et conduits à la main par des palefreniers en grande livrée et portant les restes mortels de Mgr Darboy.

Le frère du défunt et des parents et amis de la famille suivent à pied, dans le plus profond recueillement.

Ils sont suivis par une députation de l’Assemblée nationale, par les consistoires israélite et protestant, par des académiciens, des artistes, des membres de la chambre de commerce et des commerçants du faubourg Saint-Germain.

Viennent ensuite le char portant les restes de Mgr Surat, attelé de quatre chevaux, le 38e de ligne, une batterie d’artillerie et trois escadrons des 8e et 9e de cuirassiers qui ferment la marche.

La foule est immense sur tout le parcours ; la place du Parvis est inabordable.

Dès six heures du matin, toutes les tribunes de l’immense basilique sont remplies d’assistants.

Personne ne pénètre plus dans l’église. La façade est entièrement tendue de noir.

A la porte, le chapitre de Notre-Dame, les curés de Paris et leur clergé reçoivent le corps de l’archevêque, qui est porté processionnellement sous le catafalque qui lui a été élevé et autour duquel l’attendaient les corps de ses infortunés compagnons, le curé de la Madeleine et les trois pères Jésuites fusillés avec lui.

Sur les marches de l’Hôtel-Dieu, une foule compacte entoure les sœurs de charité qui stationnent au dernier rang.

La tristesse est sur tous les visages à Notre-Dame, et des torchères, à l’esprit de vin, qui brûlent sur toute la longueur de la grande nef, ajoutent encore au milieu de ces tentures noires, à l’émotion qui se lit sur tous les visages.

La chaire et la stalle de l’archevêque sont voilées de longs crêpes noirs à crépine d’argent.

Tout en haut de l’église, sur des écussons appendus à intervalles égaux, on lisait ces dates funestes :

22, 23, 24, 25 mai 1871

ainsi que les noms des malheureuses victimes de ces horribles journées.

Le corps de Mgr Darboy, pendant la cérémonie, était disposé sous un dais magnifique aux coins duquel se trouvaient quatre anges, la main sur la figure en signe de deuil. — Le corps de Mgr Surat reposait à droite et celui de M. l’abbé Deguerry à gauche, sous deux catafalques. Les vêtements sacerdotaux des malheureuses victimes étaient déposés sur leur cercueil.

Au fond de l’église se tenait le général Laveaucoupet, entouré de son état-major. C’est lui qui commandait les forces militaires pour la triste cérémonie.

Dans le chœur étaient placés le maréchal Mac-Mahon, les généraux de Cissey, Susbielle, ainsi que l’amiral Saisset accompagnés de leurs états-majors. Auprès d’eux se trouvaient MM. Jules Favre, Jules Simon, Grévy, Daru, Picard, Léon Say et d’autres encore.

De chaque côté des catafalques étaient les députés au nombre de deux cents au moins. Dans la grande nef, plus près de la grande porte d’entrée, les membres de l’Institut, parmi lesquels le baron Taylor et M. Camille Doucet.

Plus loin, sur le côté opposé, plusieurs généraux entourés d’officiers de tous grades. Derrière ceux-ci, la Société des sauveteurs de Paris.

Pendant la bénédiction, les clairons et les tambours sonnaient ft battaient aux champs. La musique de la garde républicaine s’est fait entendre à diverses reprises.

La cérémonie s’est terminée par cinq absoutes données successivement par les évêques de Versailles, de Coutances, de Châlons, de Bagneux et en dernier lieu par Mgr Chigi, nonce du pape.

Le prélat officiant était Mgr Alouvri, ancien évêque de Pamiers, remplaçant le doyen d’âge, Mgr Allot, évêque de Meaux, empêché par indisposition.

L’évêque de Troyes était avec le chapitre.

Le Miserere de Mozart a été joué à la fin de la cérémonie. Le hasard a produit à ce moment un effet grandiose. Un coup de canon, dont la vibration s’est longtemps prolongée sous les voûtes, a pointé la dernière note du morceau.

La foule s’est retirée en silence, et le cercueil a été descendu dans le caveau des archevêques de Paris. 

T. Harreguy-Execution-d-otages--prison-de-la-Roquette 2.JPG

LISTE OFFICIELLE

DES OTAGES ASSASSINÉS AVEC MGR L’ARCHEVÊQUE DE PARIS

 

Mgr Darboy, archevêque de Paris. — Mgr. Surat, protonotaire apostolique, vicaire général de Paris. — L’abbé Deguerry, curé de la Madeleine. — L’abbé Bécourt, curé de Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle. — L’abbé Sabatier, deuxième vicaire de Notre-Dame-de-Lorette. — L’abbé Allard, prêtre libre, aumônier d’ambulance. — L’abbé Plan chat, aumônier du patronage de Sainte-Anne, à Charonne. — Le R. P. Houillon, prêtre de la Congrégation des Missions étrangères. — M. Seigneret, séminariste de Saint-Sulpice. — Les RR. PP. Ducoudray, Olivaint, Clerc, Caubert, de Bengy, de la Compagnie de Jésus. — Les RR. PP. Radigue, Tuffier, Rouchouze, Tardieu, de la Congrégation des S.-C. de Jésus et de Marie. (Maison de Picpus.) — Les RR. PP. Captier, Bourard, Cotrault, Delhorme, prêtres, Chatagneret, sous-diacre, dominicains de l’école libre Albert-le-Grand, à Arcueil.

MM. Bonjean, président à la cour de cassation. — Chaudey, publiciste. — Jecker, banquier. — Gauquelin, Volant, Petit, maîtres auxiliaires à l’école libre Albert-le-Grand (à Arcueil). — Aimé Gros, Marce, Cathala, Dintroz, Cheminai, serviteurs de l’école libre Albert-le-Grand (à Arcueil).

MM. Genty, maréchal des logis de gendarmerie. — Bermont, Poirot, Pons, brigadiers de gendarmerie. — Bellamy, Chapuis, Doublet, Ducrot, Bodin, Pauly, Walter, gendarmes. — Keller, Weiss, gardes de Paris.

(Journal officiel.)

 

Il faut ajouter à ces noms :

MM. Derest, ancien officier de paix. — Largillière, sergent-fourrier. — Moreau, garde national. — Belanuy, Biancherdini, Biolland, Burtolei, Breton, Cousin, Coudeville, Colombani, Dupré, Fischer, Garodet, Geanty, Jourès, Marchetti, Mangenot, Margueritte, Maunoni, Mouillie, Marty, Millotte, Paul, Pourtau, Salder, Vallette, gardes de Paris.

 

 

————

12/07/2015

Emouvantes reliques

Nous venons d'apprendre qu'un lot de reliques des martyrs de la Commune a été mis en vente en Juin 2010.

A titre d'information nous reproduisons l'extrait du Catalogue concernant ce lot :

Émouvantes reliques des religieux martyrs de la Commune. 1871

Description

Reliques.jpg

 

Émouvantes reliques des religieux martyrs de la Comune. 1871.

Grand carton relié demi-cuir, couverture en chagrin marquée « Reliques des martyrs de la Commune. 1871 » (traces de dorure). 55 x 37 cm

Il contient 44 grands feuillets cartonnés (44x34cm), présentant les reliques des prêtres exécutés durant la Commune de Paris, avec pour chacun, une photographie, un autographe, ainsi qu'un morceau de vêtement (soutane, chapeau ou gilet) souvent porté lors de l'exécution, le tout finement cousu.

Sont présentées les reliques de :

- L'abbé Allard, prêtre libre, aumônier d'ambulance : photographie, divers papiers lui ayant appartenus, autographes, fragment du chapeau porté lors de son exécution, allocution de l'abbé Allard, cousin du martyr, le 10 janvier 1872.

- L'abbé Bécourt, curé de Bonne Nouvelle : photographie, morceau de vêtement qu'il portait lors de son exécution, morceau de soutane, fin de son dernier sermon autographe.

- Le Père de Bengy, de la Compagnie de Jésus : photographie, morceaux de gilet de flanelle et de gilet teinté de sang, autographe.

- Le Président Bonjean, premier Président de la Cour d'appel de Paris : gravure, bout de papier percé de balles, teinté de sang, trouvé sur son cœur, autographes.

- Le Père Bourard, dominicain à Arcueil : photographie, morceau de gilet de flanelle, deux grains de chapelet, morceau de discipline, autographe.

- Le Père Captier, dominicain à Arcueil : photographie, morceau de soutane, autographe et illustration du massacre des dominicains d'Arcueil.

- Le Père Caubert, de la Compagnie de Jésus : photographie, morceau de gilet de flanelle, autographe.

- Le Père Chatagneret, dominicain à Arcueil : photographie, morceau de soutane et autographe.

- Le Père Clerc, de la Compagnie de Jésus : photographie, morceaux de mouchoirs teints de sang et de gilet de flanelle, autographe.

- Le Père Cotrault, dominicain à Arcueil : photographie, morceau de soutane et autographe.

- Monseigneur Darboy, évêque de Paris : photographie, morceaux de soutane, pardessus et de gilet teinté de sang, chemise percée de balles. L'ensemble scellé à la cire rouge de son sceau.

- L'abbé Deguerry, curé de la Madeleine : photographie, morceau de gilet teinté de sang, dernier billet autographe, morceau de soutane.

- Le Père Delborne, dominicain à Arcueil : photographie, morceau de soutane et autographe.

- Le Père Ducoudray, de la Compagnie de Jésus : photographie, morceaux de vêtement, autographes.

- Monsieur Guérin, otage de la Commune, scapulaire et autographe.

- L'abbé Houillon, prêtre de la congrégation des Missions étrangères : photographie, morceau de son mouchoir, autographes et sa calotte.

- Frère Néomède Justin : photographie, morceaux de robe et de manteau.

- L'abbé Olivaint, de la Compagnie de Jésus : photographie, morceaux de gilet de flanelle et de gilet teinté de sang, autographe.

- L'abbé Planchat, aumônier du Patronage de Sainte Anne, à Charonne : photographie, morceau du vêtement porté lors de son exécution.

- Le Père Radigue de la congrégation des S.C de Jésus et de Marie : photographie, morceau de vêtement et autographe.

- Le Père Rouchouse de la congrégation des S.C de Jésus et de Marie : photographie, morceau de soutane et autographe.

- L'abbé Sabatier, deuxième vicaire de Notre Dame de Lorette : photographie, morceau de vêtement porté lors de son exécution, autographes.

- L'abbé Seigneuret, séminariste de Saint Sulpice : photographie, morceau de vêtement et autographe.

- Monseigneur Surat, vicaire général de Paris : photographie, bout de vêtement, barrette, gravures, lettres et autographes.

- Le Père Tardieu de la congrégation des S.C de Jésus et de Marie : photographie, morceau de soutane et autographe.

- Le Père Tufier de la congrégation des S.C de Jésus et de Marie : photographie, morceau de soutane et autographe.

L'ensemble a été réuni par l'abbé Crétineau Joly, chaque pièce a été certifiée par des proches de chaque martyr et les feuillets sont tous revêtus du cachet des paroisses de Saint Germain des Prés, de La Madeleine ou de Notre Dame de Lorette. La correspondance de l'abbé avec les personnes ayant transmis les souvenirs, ainsi que des photomontages d'époque des différentes exécutions sont jointes à l'ensemble.

Historique :

Le 24 mai 1871, durant la “Semaine sanglante” , qui voit l'écrasement de la Commune de Paris par les troupes versaillaises, Monseigneur Georges Darboy, archevêque de Paris, l'abbé Gaspard Deguerry, curé de la Madeleine et célèbre prédicateur, trois pères jésuites et Louis-Bernard Bonjean, président de la Cour d'appel de Paris, qui avaient été faits prisonniers et retenus comme « otages du peuple de Paris », sont passés par les armes dans une cour de la prison de la Grande-Roquette. Différentes propositions d'échanges, notamment contre Blanqui, avaient été faites aux autorités versaillaises, en vain.

 

Les Pères dominicains, des professeurs et des domestiques du collège Albert le Grand d'Arcueil sont tués par balle, en pleine rue, le 25 Mai 1871 par les fédérés. Le 26 Mai, 5 ecclésiastiques et des gardes nationaux sont exécutés Rue Haxo. Enfin le 27 Mai, Monseigneur Surat et l'abbé Bécourt, bien que libérés de la Prison de la Roquette, sont pris à partie et tués en pleine rue.