UA-67297777-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/11/2012

DERNIERES MISES A JOUR (4 novembre 2012)

medaille.jpg

BIBLIOGRAPHIE

La bibliographie a été mise à jour. Principalement avec des ouvrages traitant de la Commune de Paris et des infâmes massacres de la Grande-Roquette et de la Rue Haxo.

A noter que nous avons retrouvé sur le site Archive.org l’ouvragede l’abbé Amoudru, qui retrace les journées terribles de la Roquette (24 au 28 mai 1871). Nous en proposerons prochainement des extraits ainsi qu’une présentation des illustrations dont cet ouvrage est agrémenté.

A suivre prochainement (quelques détails de mise en page à régler) des extraits des ouvrages suivants :

·                     Loin du pays, (1889) de Narcisse Faucher de Saint-Maurice, qui évoque dans sa chronique sa visite à la Grande-Roquette et à la rue Haxo, en s’inspirant de l’ouvrage de Maxime du Camp.

·                     Le livre du Centenaire (1794-1894) de l’Ecole Polytechnique, où figure une brève biographie d’Alexis Clerc par Albert de Rochas

·                     Les convulsions de Paris, volume 1 (1883) par Maxime du Camp.

 

BIOGRAPHIE

Nous avons trouvé sur le site des Jésuites de Singapour une courte biographie des R.P. Ducoudray et Clerc, que nous vous proposons avec la traduction en français.

 

oOo

01/04/2011

Martyrs : "Il ne nous reste plus qu'à marcher sur leurs traces, avec la grâce de Dieu."

"Puissions-nous être soutenus et orientés, dans cet esprit missionnaire confiant, entreprenant et créatif, par l'exemple lumineux de nombreux témoins de la foi que le Jubilé nous a fait évoquer ! L'Église a toujours trouvé dans ses martyrs une semence de vie. Sanguis martyrum – semen christianorum :[1]cette « loi » célèbre énoncée par Tertullien s'est toujours avérée à l'épreuve de l'histoire. N'en sera-t-il pas de même pour le siècle, pour le millénaire, que nous commençons ? Nous étions peut-être trop habitués à penser aux martyrs d'une manière un peu lointaine, comme s'il s'agissait d'une catégorie du passé, liée surtout aux premiers siècles de l'ère chrétienne. La mémoire jubilaire nous a ouvert un spectacle surprenant, nous montrant que notre temps est particulièrement riche de témoins qui, d'une manière ou d'une autre, ont su vivre l'Évangile dans des situations d'hostilité et de persécution, souvent jusqu'à donner le témoignage suprême du sang. En eux, la parole de Dieu, semée en bonne terre, a produit le centuple (cf. Mt 13,3-23). Par leur exemple, ils nous ont montré et comme « aplani » la route de l'avenir. Il ne nous reste plus qu'à marcher sur leurs traces, avec la grâce de Dieu."

JEAN-PAUL II, Lettre Apostolique Novo Millennio Ineunte, 6 janvier 2001 (III, 41)



[1] Tertullien, Apologie, 50, 13 : PL 1, 534.

12/02/2011

SS JEAN PAUL II : sur le martyr

JP II.jpg

« Que d'exemples on pourrait apporter pour illustrer ces données! Mais ma pensée se tourne d'emblée vers le témoignage des martyrs. Le martyr, en réalité, est le témoin le plus vrai de la vérité de l'existence. Il sait qu'il a trouvé dans la rencontre avec Jésus Christ la vérité sur sa vie, et rien ni personne ne pourra jamais lui arracher cette certitude. Ni la souffrance ni la mort violente ne pourront le faire revenir sur l'adhésion à la vérité qu'il a découverte dans la rencontre avec le Christ. Voilà pourquoi jusqu'à ce jour le témoignage des martyrs fascine, suscite l'approbation, rencontre l'écoute et est suivi. C'est la raison pour laquelle on se fie à leur parole; on découvre en eux l'évidence d'un amour qui n'a pas besoin de longues argumentations pour être convaincant, du moment qu'il parle à chacun de ce que, au plus profond de lui-même, il perçoit déjà comme vrai et qu'il recherche depuis longtemps. En somme, le martyr suscite en nous une profonde confiance, parce qu'il dit ce que nous sentons déjà et qu'il rend évident ce que nous voudrions nous aussi trouver la force d'exprimer. »

Jean-Paul II, Encyclique Fides et Ratio (§.32), 14 septembre 1998.