UA-67297777-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/09/2015

"In odium fidei, in odium nominis Christi Jesu"

 

portrait Leon Ducoudray.jpg

 

 

 "Car j'en ai la douce et forte confiance, si Dieu fait de nous, prêtres et religieux, des otages et des victimes, c'est bien in odium fidei, in odium nominis Christi Jesu."

 

Réverend Père Ducoudray, 16 mai 1871.

 

 

oOo

12/07/2015

Emouvantes reliques

Nous venons d'apprendre qu'un lot de reliques des martyrs de la Commune a été mis en vente en Juin 2010.

A titre d'information nous reproduisons l'extrait du Catalogue concernant ce lot :

Émouvantes reliques des religieux martyrs de la Commune. 1871

Description

Reliques.jpg

 

Émouvantes reliques des religieux martyrs de la Comune. 1871.

Grand carton relié demi-cuir, couverture en chagrin marquée « Reliques des martyrs de la Commune. 1871 » (traces de dorure). 55 x 37 cm

Il contient 44 grands feuillets cartonnés (44x34cm), présentant les reliques des prêtres exécutés durant la Commune de Paris, avec pour chacun, une photographie, un autographe, ainsi qu'un morceau de vêtement (soutane, chapeau ou gilet) souvent porté lors de l'exécution, le tout finement cousu.

Sont présentées les reliques de :

- L'abbé Allard, prêtre libre, aumônier d'ambulance : photographie, divers papiers lui ayant appartenus, autographes, fragment du chapeau porté lors de son exécution, allocution de l'abbé Allard, cousin du martyr, le 10 janvier 1872.

- L'abbé Bécourt, curé de Bonne Nouvelle : photographie, morceau de vêtement qu'il portait lors de son exécution, morceau de soutane, fin de son dernier sermon autographe.

- Le Père de Bengy, de la Compagnie de Jésus : photographie, morceaux de gilet de flanelle et de gilet teinté de sang, autographe.

- Le Président Bonjean, premier Président de la Cour d'appel de Paris : gravure, bout de papier percé de balles, teinté de sang, trouvé sur son cœur, autographes.

- Le Père Bourard, dominicain à Arcueil : photographie, morceau de gilet de flanelle, deux grains de chapelet, morceau de discipline, autographe.

- Le Père Captier, dominicain à Arcueil : photographie, morceau de soutane, autographe et illustration du massacre des dominicains d'Arcueil.

- Le Père Caubert, de la Compagnie de Jésus : photographie, morceau de gilet de flanelle, autographe.

- Le Père Chatagneret, dominicain à Arcueil : photographie, morceau de soutane et autographe.

- Le Père Clerc, de la Compagnie de Jésus : photographie, morceaux de mouchoirs teints de sang et de gilet de flanelle, autographe.

- Le Père Cotrault, dominicain à Arcueil : photographie, morceau de soutane et autographe.

- Monseigneur Darboy, évêque de Paris : photographie, morceaux de soutane, pardessus et de gilet teinté de sang, chemise percée de balles. L'ensemble scellé à la cire rouge de son sceau.

- L'abbé Deguerry, curé de la Madeleine : photographie, morceau de gilet teinté de sang, dernier billet autographe, morceau de soutane.

- Le Père Delborne, dominicain à Arcueil : photographie, morceau de soutane et autographe.

- Le Père Ducoudray, de la Compagnie de Jésus : photographie, morceaux de vêtement, autographes.

- Monsieur Guérin, otage de la Commune, scapulaire et autographe.

- L'abbé Houillon, prêtre de la congrégation des Missions étrangères : photographie, morceau de son mouchoir, autographes et sa calotte.

- Frère Néomède Justin : photographie, morceaux de robe et de manteau.

- L'abbé Olivaint, de la Compagnie de Jésus : photographie, morceaux de gilet de flanelle et de gilet teinté de sang, autographe.

- L'abbé Planchat, aumônier du Patronage de Sainte Anne, à Charonne : photographie, morceau du vêtement porté lors de son exécution.

- Le Père Radigue de la congrégation des S.C de Jésus et de Marie : photographie, morceau de vêtement et autographe.

- Le Père Rouchouse de la congrégation des S.C de Jésus et de Marie : photographie, morceau de soutane et autographe.

- L'abbé Sabatier, deuxième vicaire de Notre Dame de Lorette : photographie, morceau de vêtement porté lors de son exécution, autographes.

- L'abbé Seigneuret, séminariste de Saint Sulpice : photographie, morceau de vêtement et autographe.

- Monseigneur Surat, vicaire général de Paris : photographie, bout de vêtement, barrette, gravures, lettres et autographes.

- Le Père Tardieu de la congrégation des S.C de Jésus et de Marie : photographie, morceau de soutane et autographe.

- Le Père Tufier de la congrégation des S.C de Jésus et de Marie : photographie, morceau de soutane et autographe.

L'ensemble a été réuni par l'abbé Crétineau Joly, chaque pièce a été certifiée par des proches de chaque martyr et les feuillets sont tous revêtus du cachet des paroisses de Saint Germain des Prés, de La Madeleine ou de Notre Dame de Lorette. La correspondance de l'abbé avec les personnes ayant transmis les souvenirs, ainsi que des photomontages d'époque des différentes exécutions sont jointes à l'ensemble.

Historique :

Le 24 mai 1871, durant la “Semaine sanglante” , qui voit l'écrasement de la Commune de Paris par les troupes versaillaises, Monseigneur Georges Darboy, archevêque de Paris, l'abbé Gaspard Deguerry, curé de la Madeleine et célèbre prédicateur, trois pères jésuites et Louis-Bernard Bonjean, président de la Cour d'appel de Paris, qui avaient été faits prisonniers et retenus comme « otages du peuple de Paris », sont passés par les armes dans une cour de la prison de la Grande-Roquette. Différentes propositions d'échanges, notamment contre Blanqui, avaient été faites aux autorités versaillaises, en vain.

 

Les Pères dominicains, des professeurs et des domestiques du collège Albert le Grand d'Arcueil sont tués par balle, en pleine rue, le 25 Mai 1871 par les fédérés. Le 26 Mai, 5 ecclésiastiques et des gardes nationaux sont exécutés Rue Haxo. Enfin le 27 Mai, Monseigneur Surat et l'abbé Bécourt, bien que libérés de la Prison de la Roquette, sont pris à partie et tués en pleine rue.

 

08/11/2014

Ch. Daniel's book review

Voici une recension parue dans la revue The Catholic World (New York) de la traduction du livre du Père Charles Daniel, sj. Cela montre, s'il en était besoin, l'écho qu'ont eu à l'étranger les drames de la Commune et, plus précisément, le martyr du Père Alexis Clerc, dont toute la vie fut, depuis sa conversion jusqu'à sa mort héroïque, exemplaire.

 

Review

LIFE OF FATHER ALEXIS CLERC, S.J., SAILOR AND MARTYR. By Rev. Father Charles Daniel, S.J. New York : D. & J. Sadlier & Co. 1880.

 

Alexis Clerc cover (red).jpg

We have read through this life of Father Clerc and have found it most interesting and edifying. It depicts the career of a man of our own day who had to contend with the most adverse influences, but who, being faithful to the inspirations of divine grace, overcame them all and obtained at last the martyr's crown.

Father Clerc reached the age of thirteen under the influence of a devoted and pious mother, but the religious impressions derived from her were soon smothered by the infidelity and hatred of religion prevailing in the state schools, to which he was sent by his father. After graduating at the Polytechnic he chose a career in the navy. For a little while he led a rather reckless life, like the rest of the midshipmen with whom he was thrown, but the sight of the heroism and self-sacrificing life of some French missionaries to the Gambier Islands in the South Seas aroused him to more noble thoughts, and then, after a long and difficult struggle of some years between these and the evil influence of former habits and irreligious companions, he finally emancipated himself from the slavery of vice and devoted himself henceforth to the service of God with his whole heart. He found his happiness in the exact performance of his duty as an officer, in studying the works of St. Thomas, and in the exercise of much prayer and communion with God. His piety was not sour or morose ; on the contrary, he appears to have been uniformly cheerful, and with a playful, innocent humor which made him a universal favorite with his associates in the navy. In this way he was the means of many conversions, and several of his companions, like himself, renounced their worldly prospects to devote themselves to a religious life.

The grace of God kept leading Father Clerc higher and higher, until, after ripe and mature deliberation, he came to the irrevocable determination to quit the navy and join the Society of Jesus. Then he practised for some years the virtues of humility and obedience in a way to edify all his companions, though hidden from the eyes of the world. God, as a reward for his faithfulness, selected him for martyrdom. He was shot, in company with the Archbishop of Paris and other eminent ecclesiastics, by the Communists in their rage when the city of Paris was taken from them. One cannot peruse this life without being strongly moved to follow Father Clerc's example. Father Daniel has faithfully collected the incidents of his life, many of his letters and the testimonies of the friends who knew and loved him, and has thus given us a most interesting biography which will well repay any one who will read it.

  

THE CATHOLIC WORLD.
A Monthly Magazine of General Literature and Science
Vol. XXXII. October, 1880, to March, 1881,

(pp. 719-720)

New York: The Catholic Publication Society Co., 9 Barclay Street, 1881.
Copyright, 1880, by I. T. HECKER.
 

Source:

https://archive.org/stream/catholicworld32pauluoft#page/n3/mode/2up